Nous ne voulons qu’un enfant… et alors ?

2 avril 2021

Encore aujourd’hui, en 2021, le regard de l’opinion publique quant à la parentalité est riche en débats💭. C’est simple tout le monde pense avoir son mot à dire sur le désir de maternité🤱, l’éducation des enfants 👧et j’en passe 🤦‍♀️!

J’ai choisi de faire écho au post publié en Octobre 2018 où je parlais du désir de Maternité. J’évoquais alors le fait que certains couples 💑n’ont pas besoin d’engendrer la vie pour être épanouis. Aussi je constatais que de nos jours, il y a une pression sociale importante envers les femmes en âge de concevoir. Dans cet article j’aborde notre envie d’avoir un enfant unique, un choix sensible qui est parfois jugé surprenant par certaines personnes mais que nous avons choisi d’assumer 🙌.

le regard de la société sur la parentalité

LES Mentalités ONT DU MAL à changer

En France où les Françaises sont qualifiées de «championnes d’Europe de la fécondité», 76 % des sondés estiment qu’il n’est pas bon pour un enfant de grandir seul. Assurément le modèle reste fondé sur une culture de la famille nombreuse. De ce fait il n’est pas étonnant de constater que le nombre de famille avec enfant unique reste stable depuis 1960.

Les couples avec enfant unique sont jugés sous toutes les coutures.

En Angleterre, les statistiques enregistrent peu de couples avec enfant unique et plus généralement ce choix de vie est vu très négativement par la société. Un enfant unique serait de facto malheureux et les parents «d’authentiques égoïstes». Néanmoins chez nos voisins Espagnols & Italiens où le taux de fécondité enregistré en 2020 est en baisse, les mœurs commencent à évoluer indiquant que «tant que la descendance est assurée», c’est le principal!

Les clichés du couple «modèle»

la famille parfaite au centre des MŒURS

Tout individu aime façonner les autres à son image et selon des critères qui lui paraissent légitimes. Ce comportement se retrouve également en matière de parentalité. Dans l’imaginaire collectif, l’idéal correspond au standard «couple avec deux enfants de sexe différent».

C’est d’ailleurs pour cette raison que les couples avec deux enfants du même sexe ont souvent droit à la fameuse question “C’est pour quand le troisième… ?“. En effet, il paraît inconcevable de ne pas avoir au sein de sa famille des enfants des deux sexes ou qu’un enfant n’ait pas de compagnon de jeu pour se sociabiliser.

Pour certains aussi, il est indispensable de faire un deuxième enfant, au cas où il arrive quelque chose au premier (un peu glauque je vous l’accorde)💀. Ne serait-ce que pour avoir l’assurance que la descendance sera perpétuée. Comme s’il était possible de remplacer un être par un autre en cas de décès 🤦‍♀️…

Deux enfants serait aussi le strict minimum pour assurer ses vieux jours. En cas de perte d’autonomie, un seul pourrait avoir du mal à s’occuper de ses deux parents. À l’évidence, les esprits sont encore très fortement marqués par l’image de la famille nombreuse et épanouie diffusée à l’issue de la Grande Guerre pour inciter les citoyens à repeupler les pays.

un choix contraint d’être justifier

J’aime ma petite famille 👨‍👩‍👧telle qu’elle est mais voilà j’ai l’impression que je dois en permanence défendre nos choix. Ainsi ci-dessous je développe sur la multitude d’ithèmes qui peuvent être pris en compte par le couple qui fait ce choix.

arguments mis en avant par les parents

Avouons-le, la France est plutôt bien pourvue en structures éducatives pour les enfants 👶et fait parti des rares pays où les parents peuvent compter sur de précieuses aides financières💶. Néanmoins, ces conditions favorables sont indissociables de la volonté intrinsèque de chacun & de sa vision de la parentalité.

Les motivations pour n’avoir qu’un seul enfant sont nombreuses et dépendent de plusieurs paramètres dont son vécu, sa situation actuelle mais aussi ses ambitions🔮. Ci-dessous je vous énumère les différentes idées qui nous sont passés par la tête avec mon chéri. D’ailleurs vous remarquerez sûrement que les catégories se rejoignent entre elles.

PRISE DE CONSCIENCE SUR SES LIMITES PARENTALES

Depuis 2017 nous apprenons et nous remettons en question régulièrement sur notre rôle de parent. De ce fait j’ai pris conscience que ma patience avait des limites. Je reste persuadée qu’un deuxième enfant 🚼pourrai mettre en péril mon bien-être mental et même mon couple. En bref je manque de patience et je dois faire face à de la charge mentale. J’ai beaucoup de mal à prendre sur moi lorsque Diane pique une colère 😡. Même chose lorsque je constate que ma maison est en bordel et que les tâches ménagères 🧺s’accumulent. Dans ses situations-là, mon homme sait bien qu’il vaut mieux me laisser tranquille. Il me faut quelques minutes histoire que je redescende. Ainsi mon chéri prend le relais auprès de Pépette! Je n’ai rien à redire de ce côté-là. Mon conjoint est d’un appui sans faille 💘.

un équilibre financier

Malgré ce que les anciennes générations ne cessent de clamer haut et fort via l’expression “Quand il y en a pour deux, il y en a pour trois“, je reste persuadée que l’aspect financier 💸est un élément à prendre en compte dans sa décision. Avec un enfant, il est bien plus simple de conserver son niveau de vie sociale.

L’importance de son bien-être personnel

De surcroît avoir un enfant unique permet de continuer à consacrer du temps à ses propres loisirs mais aussi à son couple. En effet je pense qu’il est plus simple de faire garder un enfant. Ainsi les parents peuvent profiter de quelques heures en couple ou bien vaquer à leurs occupations.

À l’heure où la parole se libère concernant la charge mentale mais aussi le burn-out post partum ou même parental, je reste persuadée qu’il est important de s’accorder du temps pour soi mais aussi pour sa vie amoureuse! Et ce, dans le but d’être un parent heureux et au max de ses capacités.

l’équilibre familial

La naissance d’un enfant implique souvent de revoir ses priorités, ses habitudes de vie mais aussi ses passions. Et oui on a tendance à oublier qu’un bout’chou ça bouscule parfois bien plus qu’on ne l’imagine. Alors que Diane fêtera ses 4 ans en Juillet prochain, j’ai l’impression qu’on a enfin trouvé notre équilibre👌. On se comprend, on se complète, on s’engueule aussi parfois, mais on s’aime🤗 et surtout on communique beaucoup.

L’épanouissement de l’enfant

On a beau dire qu’un enfant a principalement besoin d’amour 💞pour grandir & s’épanouir, il n’empêche qu’il est important de lui donner un cadre de vie à la hauteur. Ce propos n’engage que moi bien entendu! Cela passe par plusieurs choses dont la possibilité de faire une activité sportive et/ou d’exercer un art. Aussi il me semble primordial pour le développement du bambin de lui faire découvrir les choses de la vie.

De surcroît il ne faut pas oublier que chaque enfant rencontre des besoins spécifiques lorsqu’il grandit. Je pense entre autres à des suivis chez des experts pour corriger un problème éventuel de vue🤓, de dentition 🤪etc. Qui n’a jamais été consulté un orthophoniste dans sa jeunesse pour l’aider lors de l’apprentissage de la lecture ou autre.

C’est d’ailleurs ce que nous vivons actuellement avec Diane qui rencontre un léger retard et des difficultés de concentration. Nous avons donc été faire un bilan psychomoteur auprès d’une spécialiste suite aux conseils de notre doctoresse & de la maîtresse👩‍🏫. Depuis quelques semaines maintenant, Pépette se rend au cabinet d’une psychomotricienne, 1 fois/semaine pour l’aider. Nous n’aurions peut être pas pu supporter cette dépense supplémentaire si nous avions eu un autre enfant à charge. En effet il a fallut débourser 180€ pour le bilan complet puis 45€ par séance. Et bien sûr aucune de nos mutuelles respectives ne remboursent ses frais 🤷‍♀️ .

L’appel vers de nouvelles aventures

Avec seulement un enfant il est clair que le budget alloué pour les extras est plus important que dans les grandes fratries. C’est d’ailleurs un de nos argument lorsqu’on parle à notre entourage de notre choix. Je suis reconnaissante de pouvoir partir plusieurs fois dans l’année en vacances & faire des sorties/activités le week-end. Pas sûre que cela aurait été possible avec 2 voire 3 enfants. Je me remémore une discussion entre mamans lors d’un séjour en club où il était question de se rendre dans un parc d’attraction. Une des deux femme regrettait de ne pouvoir y emmener ses 3 enfants faute de budget💰. Cet exemple est typiquement ce que je ne souhaite pas reproduire🙅‍♀️!

Alors que nos voyages se limitaient au territoire depuis la naissance de Pépette, on aspire à des destinations plus lointaines. Diane est propre & gagne en autonomie de jour en jour ce qui facilitera j’en suis sûre nos futurs déplacements.

J’aimerai l’emmener à Disneyland Paris 🏰pour un week-end lorsque cela sera de nouveau possible. Voir sa réaction lorsque Mickey lui dira bonjour ne pourrai me faire plus plaisir. D’ailleurs il est fort probable que mes yeux se mettent à briller d’émotion.

UN FUTUR INCERTAIN

Je n’ai pas de prédisposition à l’art de la divination 🔮c’est pourquoi je reste sur la réserve face à l’avenir. L’arrivée de ce foutu Covid-19 n’a guère arranger les choses concernant une envie soudaine d’un 2ème bébé. Bien au contraire je souhaite en priorité profiter de l’instant présent avec mes proches et mettre ces derniers à l’abri.

rapport avec sa propre expérience

le ressenti de chacun

Pour certains, la volonté de se limiter à un seul enfant viendrait du déroulement de la grossesse, de l’accouchement ou des premiers mois de vie de bébé. Sur ce plan-là, personne n’est égal. C’est d’ailleurs ce qu’on ne cesse de rabâcher au future maman et pour cause! La parentalité a tendance à être idéalisée. On oubli parfois que le chemin est plus que compliqué qui n’y parait. Une grossesse difficile, des soucis de santé à la naissance et/ou un nouveau-né plutôt turbulent, mille raisons différentes peuvent motiver cette décision.

retour sur ma GROSSESSE & mon accouchement

Pour ma part je n’ai rien à redire puisque ma grossesse n’a pas eu d’encombres. Les seuls désagréments rencontrées ont été des reflux acides qui se sont réglées grâce à des médicaments. J’ai été une femme enceinte très active puisque mon chéri était en convalescence de longs mois. En effet il avait un plâtre suite à une arthrodèse de cheville. Ainsi encore la vieille de mon terme je conduisais sans soucis et allais faire mes courses en toute détente.

J’aurai pu être traumatisé par mon accouchement qui ne s’est pas déroulé comme je l’espérais. Toutefois avec le temps on oubli la douleur. Dans mon cas je disais à tous que si la péridural existait c’est qu’il y avait une bonne raison. C’est pourquoi j’avais décidé de la demander si la douleur était trop forte le jour J. Or Diane a décidé d’arriver assez vite c’est pourquoi je n’ai pu obtenir cette anesthésie! La délivrance a été éprouvante mais dans mon malheur je me dis que le travail fût rapide. Aussi en n’ayant obtenu aucun médicament, j’ai pu me remettre en forme plus rapidement qu’une autre!

Quant aux premiers mois de vie de Diane, ils ont été fatigants avec des réveils nocturnes propres au nourrisson. Toutefois nous n’avons pas eu de soucis médicaux à l’exception de régurgitation qui nous ont amené à commencer la diversification alimentaire tôt. Ma seule déception reste de ne pas avoir réussi mon allaitement.

Une appréciation différente selon le sexe

LES FEMMES JUGées plus SÉVÈREMent

Bien que les mœurs aient sensiblement évolué et que le cliché de la «ménagère» se soit légèrement atténué. Hélas, les femmes qui doivent le plus souvent se justifier sur les choix de parentalité. C’est du moins ce que je constate dans mon cas de figure comme si sous prétexte que l’on porte la vie 9 mois🤰, nous étions seule à choisir 🤷.

Cliché à la maison datant de Décembre 2020 pris par Sophie alias L’Instant Présent, photographe de Chartres (28)

L’entourage a parfois du mal à accepter que le refus d’un second enfant résulte d’un désir et non d’une contre-indication médicale ou d’une impossibilité de concevoir.  Quand bien même, ils le comprennent, ils peuvent penser que la mère 👩est «résolument égoïste» et préfère se concentrer sur ses loisirs ou sa carrière sans assumer son «rôle biologique». Or en 2021, la femme n’est pas cantonné à son unique rôle de maman comme cela pouvait l’être jadis.

Un couple avec un enfant unique a souvent droit à la même ribambelle de remarques ô combien désobligeantes que les couples sans enfants.

Du côté des hommes🧔, bien que les réactions soient souvent moins virulentes, c’est parfois la «virilité» et la «fertilité» qui sont remises en question. Le père est alors vu comme le stéréotype de l’homme qui veut continuer à profiter de sa vie de célibataire.

CONSEILS aux parents qui s’identifieront

ASSUMER SES CHOIX envers et contre tous

Juger les choix de vie d’autrui est une activité qui a la cote🏆. Vous ne pourrez empêcher les gens de parler. Ainsi pour contrer ces mauvaises langues, une seule solution, passez votre chemin! Il est parfois nécessaire de faire du tri dans ses amitiés afin de ne garder que les plus sincères 🥰, celles qui se réjouissent de votre bonheur et ce, peu importe vos actes.

Chaque famille est unique & spéciale à la fois

Il n’y a pas de famille parfaite et encore moins de modèle à suivre. En tant que couple 👫mais aussi parents il faut suivre son intuition. Le choix est personnel et mon argumentaire ne s’applique pas à tous et heureusement. Je suis persuadée que Diane ne sera pas malheureuse d’être seule ni pourrie gâtée comme bon nombre tendent à le dire!

N’hésitez pas à partager votre expérience 💬sur ce sujet surtout si vous aussi vous avez fait ce choix. En effet votre témoignage pourra permettre à d’autres personnes de déculpabiliser face au dictat que voudrai nous imposer la société.

Je ne prétends pas que notre modèle de famille est mieux qu’un autre. Chaque personne doit mener sa vie comme elle l’entend avec ou sans enfant en suivant son intuition. Comme on dit le cœur a ses raisons que la raison ignore!

Qui suis-je?

Qui suis-je?

Claire, 32 ans

Blogueuse & Maman aimant vous partager mes découvertes, mes humeurs, mes bons plans en toute honnêteté

Je suis aussi sociable

Derniers articles

Archives

S’inscrire

S'abonner pour recevoir par mails les nouveaux articles
Loading
×